En avant l’Amérique !

Il est temps de tourner une page ! Ou plutôt une page se tourne.
C’est l’oeil pleins de projets que j’ai décidé il y a quelques semaines de quitter mon agence pour m’envoler vers d’autres pays. Profiter d’opportunités pour aller gouter à d’autres cultures, d’autres visions, d’autres façons de faire. Humaines comme professionnelles.

Je pars d’ici quelques semaines découvrir comment ça se passe de l’autre côté de l’atlantique, avec en ligne de mire, les USA et le Canada.

Évidemment, 40centimes qui tournait jusqu’ici au ralentit, risque d’en prendre un petit coup supplémentaire. Mais j’ai tout de même quelques idées qui pourraient bien venir alimenter les lignes de ce blog qui reste pour moi un laboratoire à idées et à opinions. “Keep in touch” parait-il !

D’ici là, j’aimerai convier tout le monde à boire quelques verres pour fêter ça et surtout, pour certains, se rencontrer et échanger de vive voix. 

40 centimes a été une véritable expérience humaine, avec des rencontres toujours enrichissantes. J’aimerai que ça le reste.
Je vous propose donc de nous retrouver le mardi 11 décembre 2012 à la Dédé la frite (salle du haut), un bar très sympa, entre Bourse et Grands Boulevard. On pourra y boire des verres pas cher, discuter, manger, et investir l’étage tout entier !

Pour évaluer le nombre de participants (et mieux négocier la durée du happy hour ou le prix des boissons), merci d’écrire à 40centimes@gmail.com ou de vous inscrire à l’événement sur la page Facebook pour signifier votre présence.

J’espère vous voir nombreux !
À très vite !
 

Pages Jaunes, la poursuite. Réponse.

Suite à mon billet de la semaine dernière, « Pages jaunes court derrière son public ! », j’ai été contacté par Daniel Lemin, responsable des relations digitales de PagesJaunes. L’échange ayant été intéressant, je retranscris ici son mail qui apporte un éclairage différent à mon article.

Bonjour Jocelyn,

Je suis Daniel Lemin, responsable des relations digitales de PagesJaunes.

J’ai lu avec intérêt votre billet, intitulé « Pages jaunes court derrière son public ! », j’ai aussi lu celui de l’année dernière paru suite à notre première campagne avec BETC.

Je serai ravi de pouvoir discuter avec vous et vous montrer / démontrer que votre perception de nos services et de notre entreprise ne traduit pas vraiment la réalité.

Ainsi, vous estimez que le reflexe de tout internaute ou mobinaute aujourd’hui est de s’en remettre à Google, pourtant chaque mois, il y a 16 millions d’internautes qui viennent sur pagesjaunes.fr, pourtant près de 10 millions de mobinautes ont téléchargés notre application et ils sont plus de 2 millions à l’utiliser chaque mois. C’est d’ailleurs pour ça que l’appli PagesJaunes est la 3ème appli gratuite la plus téléchargée sur iPhone (derrière Shazam et Facebook !) et la 5ème sur iPad.
Si ça ce n’est pas un gage de modernité et d’adaptation au marché…
D’ailleurs, pour info, on a doublé nos audiences mobiles entre 2010 et 2011, en passant de 70 millions de visites en 2010 à 140 millions en 2011. Ils sont peu nombreux les acteurs présents sur le mobile à obtenir ou dépassé de telles audiences (L’audience de l’Internet mobile en France en février 2012)

Et vous oubliez que PagesJaunes est un groupe qui développe tout une suite de solutions web complémentaires et qui s’appuie sur des actifs et des marques fortes comme Mappy, mais aussi clicRDV, comprendrechoisir, AnnoncesJaunes, A Vendre A Louer, 123people …

Et nous comparer à Google n’a pas vraiment de sens, on ne boxe évidement pas dans la même catégorie : c’est un acteur mondial qui fait 23 milliards de dollars de CA, nous sommes un acteur européen, mais surtout français qui fait 1,1 milliard de CA (dont 575 millions sur Internet, ce qui fait tout de même de PagesJaunes le premier acteur européen de la publicité sur internet en terme de CA !).

En même temps, côté innovation, nous n’avons pas à rougir, on fait aussi bien et même mieux (sur un territoire plus restreint certes) que Google en ce qui concerne la représentation géographique comme les vues aériennes (notamment nos vues obliques) et les vues immersives avec urbandive.com

Et comme vous le précisez, nous avons une longue expérience du terrain et une très bonne connaissance du tissu économique local en France, ce qui fait de nous un acteur incontournable de l’infomédiation en France.

D’ailleurs, vous noterez que nos solutions ne sont pas si mauvaises ni has been, puisque de nombreux grands acteurs dont Google nous suivent, comme pour la création de sites internet pour les professionnels ;)

Enfin pour rebondir sur votre titre, je dirais que toutes les marques court après leur public, sinon elles ne feraient pas de communication, pas de pub, et pas toutes sortes d’actions et d’opérations visant à séduire et développer une préférence de marque. Et je trouve au contraire que l’on ne court pas beaucoup après notre public, car nous avons une présence publicitaire plutôt raisonnable.

Et voici, brièvement, quelques points que j’ai avancé pour défendre mon opinion et mon article :

Je ne nie absolument pas une affluence énorme sur le site et sur l’application PagesJaunes. Il en va, selon moi, d’un réflexe culturel fort. Mon scepticisme s’est portée plus sur l’avenir. Google a aujourd’hui, dans son identité, une image beaucoup plus forte sur la recherche que PagesJaunes..
Attention donc à la future génération et ses habitudes de recherche.

Je n’ai également pas nié dans mon article la très bonne connaissance que la marque possède du marché FR ainsi que sa capacité à innover. Je clôture d’ailleurs mon propos sur ce sujet.

Enfin, mon but n’a jamais été de faire passer PagesJaunes comme un acteur has been (désolé si ce fut cette impression) mais bien comme une entreprise face à un enjeu de taille qui concerne aussi bien la stratégie publicitaire que de la stratégie d’entreprise tout court…
Je concède cependant ne pas avoir inclue la globalité du groupe PagesJaunes dans ma réflexion et suis persuadé (et ça, je ne l’ai pas assez bien noté dans l’article) que la marque peut relever ces épreuves.
À elle de nous le prouver.


Globalement, j’ai beaucoup apprécié la démarche de prendre contact avec moi, et j’incite l’ensemble des marques à faire de même lorsqu’elles font face à des articles peu élogieux (Sur 40cents ou sur un autre blog). La discussion mène toujours a de meilleurs résultats que la négation ou la répression.
Un grand merci donc à Daniel d’avoir initié ce débat et bon courage à PagesJaunes face au défit à relever.

À PROPOS

Pas de chichi.
Je suis planneur stratégique (ou autres dénominations possibles mais obscures : web planneur, digital planneur, account planner, concepteur planneur, créatif planneur…)
Et comme le disait si bien les spots pour Lowe Alice, “dans la publicité, il y a pleins de directeurs […] Les autres, ce sont des stagiaires.” j’ai la chance d’avoir quitté, il y a peu (c’est vrai) cet état de non droit.
De toutes façons, l’étiquette importe peu sur ce blog, seul le contenu m’intéresse (pffffffff, va dire ça à mon Google analitics !!). Il est sincère (sic), toujours justifié (sic) et souvent argumenté (ha ha). La vérité m’importe autant que l’opinion et le bon sens (lorsque j’en fait preuve !).
Je ne suis pas vieux dans le métier, et j’écris sans la prétention de détenir LA solution. Je commente et j’argumente. En somme, je me sers de l’outil qui m’est offert (oui je suis sur tumblr, et alors ?).

J’espère par ce blog que vous trouverez un point de vue intéressant et un objet de débat voir de réflexion (ha ha ha, je m’emporte).
je suis ouvert à toutes critiques construites aussi bien dans les commentaires que par mail (si on peut éviter les gratuites… ça m’arrange).

Sinon, pour mon identité, elle n’est pas cachée :

Jocelyn Turlan
Twitter : @40_CENTS
40centimes@gmail.com
Mon score Klout : j’ai réussi à supprimer cet infame outil.

Pour plus d’infos, il y a Google, hein, oh.