Perdre son permis, c’est perdre sa vie sexuelle !

Bon après le petit coup de gueule d’hier (un peu fort, on me l’a fait remarquer ! ), je me dois de vous présenter un petit coup de cœur pour une nouvelle publicité de la sécurité routière australienne que je trouve très bien ficelée (oui oui, ça se dit encore…).

Le contexte :
La sécurité routière, c’est un peu la plaie de tous les gouvernements… Des milliers de morts inutiles, des frais publiques, des associations de consommateurs remontées… Un problème particulièrement souligné chez les jeunes, qui ont bien tendance à se foutre en l’air un peu plus que leurs ainés.
Une juste cause sociale en somme !
Alors quand faut faire de la pub pour la prévention… On se lâche ! Et on voit souvent de très bons spots. Parfois dans l’empathie, parfois dans le choc etc…
De très bonnes idées de pubs sur la sécurité routière, je peux vous en citer une quinzaine de tête !
Mais bon, pour autant, c’est toujours un peu la même rhétorique… Du sang ou de l’émotion. L’humour est assez rare (on peut le comprendre). Alors malgré toute la force de ces pubs, on peut se poser la question sur leur propension à toucher une cible jeune qui se sent en pleine force de l’âge, en toute puissance et qui n’est pas particulièrement enclin à écouter les leçons de morale / sagesse (je ne parle pas pour moi, évidemment !).

Le problème :
Comment sensibiliser les jeunes au respect du code de la route alors qu’ils sont habitués aux prises de parole extrèmes et qu’ils ont une faible capacité à se projeter dans l’éventualité d’un accident ?

Insight :
"Ma voiture est le principal déterminant de ma vie sociale" ou plutôt, tournée d’une façon plus négative : "sans voiture, pas de vie sociale".

L’idée :
Montrer les situations incongrues auxquelles mènent la perte de son permis. Car perdre son permis, c’est devenir dépendant (“vissé”) à une autre personne pour utiliser un moyen de transport… Sa mère ou un taxi… Et si ça ne vous va pas… Il y a toujours le vélo.

Je trouve que c’est un bon concept. On s’éloigne du problème premier pour entrer dans des “scènes de vie”.
La projection d’un accident est toujours difficile, car on pense maitriser sa voiture. Et la peur du gendarme, on le sait, est beaucoup plus forte que la peur de l’accident. Pour autant, un traité basique sur la répression policière (et ses conséquences sur votre permis) aurait était contre productif (défiance vis à vis de l’autorité).

Ici, on se joue avec humour d’un problème grave. On l’insert dans des scènes de vie que l’on a plus de facilités à imaginer, à se représenter. On favorise la capacité de projection. “Parle moi de moi et peut-être que je t’écouterai”.

Après sur l’efficacité… On peut toujours se poser des questions, comme sur énormément de campagnes non profit… Mais il y a le mérite de faire un effort et de renouveler le discours. L’insight est juste et pertinent.
Inutile de rappeler que la pub ne peut être à elle seule une réponse à “l’insécurité routière”. Elle doit être soutenue par des mesures concrètes de prévention et de répression.

Bon, en résumé, j’adhère !

Source : Doc news

Be an old spice man in 60 seconds !

Avez-vous vu passer cette (géniale ?) publicité pour la catch up de Sky TV ?

Pas mal non ?
J’ai envi de pousser une petite comparaison ! Elle me fait beaucoup penser, dans la réalisation et mais aussi dans l’angle de l’histoire, à la (1ère) publicité pour Old Spice (d’où le titre si vous suivez bien…).

Bon, ici nous sommes sur un format 1 minute contre le classique 30 secondes pour Old Spice. Mais là n’est pas la ressemblance.
Dans le thème traité, les 2 publicités nous offrent l’image de l’homme. L’un parfait pour Old Spice, l’autre plus anti-héros (qui s’améliore) pour Sky TV.
Dans les 2 cas, la marque nous offre l’espoir d’un homme meilleur grâce à la marque. Non sans humour !

En tout cas, 2 spots très rythmés où chacune des actions s’enchainent rapidement laissant aux spectateurs à peine le temps de penser à ce qu’il vient de voir.

Dans 60 things in 60 seconds, le personnage couplé à la voix off donne un rendu très réussi. C’est drôle, c’est universel. En clair, ça parle à tout le monde ! La réalisation et le timing sont parfait, jusqu’au ralentissement final pour promouvoir MySky.

Sans parler de l’idée ou du message (qui, dans cette publicité, passe au second plan derrière la créativité je dois dire), je pense que ce type de format, de réalisation sont à utiliser à l’avenir.
Dans un style, certes plus éloigné, le placard de Canal + proposait également au spectateur une histoire (complexe !) dans un format court mais avec beaucoup de rythme.

Je crois que ce “genre” de publicité permet au spectateur de le transporter, dans un temps très bref, dans un univers propre à la marque. La publicité joue alors complètement son rôle de divertissement sans empêcher son rôle plus “commercial” (bonne mémorisation de la marque et forte sympathie). Le spectateur ne ressent plus cette interruption comme de la publicité, mais comme un prolongement du divertissement (ouai je m’emballe un peu !! Reste que Le placard a fait de très bon scores auprès du grand public en termes d’appréciation !)

En tout cas, j’encourage ce genre de publicités ! De l’humour, du rythme, une histoire ! J’aime.